Rencontre : Y-a-t-il une place pour la religion dans l’entreprise ?

Débat, le 1er février 2017, au restaurant du Sénat.

Depuis juin 1989 et l’affaire du voile islamique à Epinal, appelé à l’époque « tchador », une partie de notre société a perdu ses repères quant à la relation entre religion et espace public. Le respect des valeurs religieuses, philosophiques ou morales a été discrédité. Au nom de la tolérance, en réalité du laisser-faire, on assiste régulièrement à un effondrement de pans entiers de ce qui fait de la France une société de progrès. Dans la mondialisation des réseaux, les communautarismes dictent leurs règles moyenâgeuses du repli sur soi et du jugement d’un Dieu exterminateur sur la terre. Ils grippent tous les niveaux de l’espace public, national ou territorial, mais aussi la vie associative et le monde de l’entreprise. Ce qui était, hier, cantonné au domaine intime ou privé est désormais exhibé ou revendiqué au nom du droit à la différence et de la liberté. Le gouvernement a publié, il y a quelques semaines, un guide du fait religieux dans l’entreprise. C’est une première étape qui vise à aider les entreprises à ne pas rester isolées. La question de la religion est aussi entrée dans le débat pour l’élection présidentielle sur tout l’échiquier politique. Les entreprises ne peuvent pas rester sans débats et sans réponses face aux situations conflictuelles auxquelles elles sont confrontées tous les jours.


Pour cette raison, le think tank Etienne Marcel se réunira le 1er février 2017 à 20h00 sur le thème : y-a-t-il une place pour la religion dans l’entreprise ? Avec les interventions de François ASSELIN, Président de la CPME, Yann BOISSIERE, Rabbin du Mouvement Juif Libéral de France, Bernard COHEN-HADAD, Président du think tank Etienne Marcel, Hocine DROUICHE, Imam de Nîmes, Stanislas LALANNE, Evêque de Pontoise, Jean-Paul MORLEY, Pasteur de l’Eglise Protestante de France, Alain SEKSIG, ancien membre du Haut Conseil pour l’Intégration. prix-etienne-marcel@orange.fr

Délais de paiements : mauvaises pratiques ou mauvaises fois

On a trop tendance à considérer, en France, que réduire les délais de paiements est un combat perdu d’avance pour les PME. En effet, depuis de nombreuses années les lois, les textes se suivent, les médiations nationales se dotent de nouvelles prérogatives et les ministres s’engagent toujours à faire en sorte de régler se problème. Lire la suite

Moyens de paiements : PME où va-t-on ?

Michel Sapin, ministre de l’Economie et des Finances présente prochainement la « stratégie Nationale » des moyens de paiements. Mais il y a déjà aujourd’hui un consensus pour avancer rapidement vers des solutions nouvelles et concrètes en matière de paiements. Il appartient donc aux entreprises d’avancer. En effet, les PME ne peuvent pas se bunkeriser dans un contexte de mondialisation des échanges. Elles doivent penser concrètement aux alternatives au chèque et à la limitation de l’usage des espèces. Lire la suite

Entreprises, Après SEPA on fait quoi ?

Les résultats du travail mené en France sur SEPA, par les acteurs institutionnels financiers et non financiers, ont montré l’importance d’accompagner le dialogue Banques-PME . SEPA est maintenant une réussite mais ce dispositif n’est pas une fin en soi. Il est l’ouverture européenne vers des nouveaux modèles et moyens de paiements rapides, sécurisés et simplifiés. Les PME doivent donc être attentives à ce mouvement et impliquées dans cette révolution qui va simplifier durablement la vie des entrepreneurs. Le travail de coordination et de normalisation rencontre-t-il des difficultés durables ? Quelles conséquences financières ont les rejets ? Les PME sauront-elles faire entendre leur voix ? Lire la suite

Entreprises, peut on faire évoluer notre modèle social ?

Les résultats des élections européennes ont été un choc pour beaucoup d’entrepreneurs. La crise qui dure montre que nous devons trouver de nouvelles recettes pour renforcer le pacte social. La multiplication des conflits sociaux est une alerte. Elle révèle les limites d’un dialogue social qui, face à la mondialisation des échanges, a du mal à prendre en compte les attentes des entrepreneurs et des salariés, dans les territoires. Lire la suite